samedi 3 mars 2018

Jésus, l'enquête : la foi à l'épreuve de la vérité

Lee Strobel est journaliste d'investigation au Chicago Tribune. Lorsque son épouse se convertit à la foi chrétienne, il ne le supporte pas, lui qui est un athée convaincu. Du coup, il décide d'enquêter sur la résurrection de Jésus, pour apporter la preuve à sa femme que tout cela n'est qu'une supercherie.

Disons-le d'emblée, ce film dépasse nettement la qualité habituellement assez médiocre de ce genre de productions chrétiennes américaines... sans éviter toutefois certains écueils.

Je dois dire que le premier quart d'heure m'a fait craindre le pire, avec ses "gros sabots" évangéliques, ses discours simplistes et ses bons sentiments pour faire pleurer dans les chaumières. Mais il faut aller au-delà car lorsque l'enquête commence, les choses changent.

En effet, l'enquête journalistique sur la résurrection de Jésus, qui conduit Lee auprès d'un philosophe croyant, d'un archéologue devenu prêtre, d'une psy agnostique ou d'un chercheur en médecine, permet d'aborder les grandes questions liées à l'historicité de la résurrection de Jésus. Etait-il vraiment mort ? Les disciples ont-ils menti ? Ont-ils été victimes d'hallucination ? Quelle est la fiabilité des témoignages ? A cet égard, le film peut être intéressant pour alimenter un débat sur la dimension rationnelle de la foi chrétienne. Etant entendu, comme l'affirme le film d'ailleurs, qu'à la fin, il s'agit bien d'une question de foi !

En parallèle de cette histoire principale, Lee enquête sur un fait divers impliquant un policier et le film évoque aussi ses difficultés relationnelles avec son père et bien-sûr celles avec son épouse. Mais la manière dont ces histoires parallèles entrent en interaction avec l'histoire principale laisse parfois un peu songeur... comme avec cette réflexion de la psy qui laisse entendre qu'on devient athée parce qu'on a eu un père absent... L'autre fil, celui de l'enquête impliquant un policier, est plus intéressant, en particulier en ce qui concerne la notion de vérité. Quant à l'évolution de la relation de Lee avec son épouse, même si elle est évoquée parfois de façon un peu appuyée (grâce à la musique qui va avec...), elle permet tout de même d'évoquer la découverte de la foi et les bouleversements que cela provoque dans la vie, impactant parfois douloureusement les relations avec les proches, sceptiques ou hostiles.

Même si la réalisation est très classique, la reconstitution des années 80 et plutôt réussie et le casting fait bien son travail, avec en guest-stars, pour des petits rôles, Faye Dunaway (Bonnie and Clyde, Chinatown, Little Big Man...) et Robert Forster (Jackie Brown).

Au final, on retiendra donc surtout l'enquête journalistique au coeur du film, qui permet de rappeler que la foi est bien un choix personnel, mais dans lequel la raison a tout à fait sa place.