dimanche 17 mai 2020

L'extraordinaire Mr Rogers : portrait attachant d'un personnage bienveillant


Lloyd est un journaliste acerbe, dont on craint les interviews, et qui travaille pour le magazine Esquire. Pour adoucir un peu son image, sa patronne lui demande de faire un court portrait de Fred Rogers, l’animateur télé que tout le monde aime en Amérique. Lloyd, qui va essayer dans un premier temps de déceler les failles cachées de Mr Rogers, va découvrir un homme étonnant, qui va profondément le changer. 

Le film est inspiré d’un article du journaliste Tom Junod à propos de Fred Rogers, un célèbre animateur de télévision américain, qui a animé un programme éducatif pour les enfants de 1968 à 2001, depuis son studio à Pittsburgh, avec des maquettes géantes, des marionnettes et des chansons, où il n’hésitait pas à aborder de grandes questions comme la mort, le séparation des parents ou la colère par exemple. 

En réalité - et malheureusement - le personnage principal du film est plutôt le journaliste, qui, par sa rencontre avec Fred Rogers, va trouver le chemin de la réconciliation avec son père envers lequel il avait une profonde colère. Cette histoire-là est un peu larmoyante et plutôt convenue... 

Par contre, on aurait voulu passer plus de temps avec cet extraordinaire Mr Rogers, incarné à la perfection par l’impeccable Tom Hanks. Personnage très touchant, il est l’incarnation même de l’empathie et de la bienveillance. Et ça fait tellement de bien ! Vraiment, on aurait voulu en apprendre beaucoup plus sur lui… d’autant que le personnage semble plus complexe, et riche, qu’il n’y paraît. 

Malgré ce petit goût d’inachevé, L’extraordinaire Mr Rogers est un assez joli film, qui permet de découvrir un personnage humble et attachant. 

----
L'extraordinaire Mr Rogers, réalisé par de Marielle Heller
Disponible sur Amazon Prime Video


mardi 5 mai 2020

Forte : une sympathique comédie sur l'acceptation de soi



Nour travaille dans une salle de sport, à l’accueil. Complexée par ses rondeurs, elle aime le foot et ses amis lui font comprendre qu'elle n'est pas vraiment très féminine. Mais elle est folle dingue d'un des coachs de la salle de sport… Alors, pour séduire, elle va se mettre à la Pole Dance ! 

Forte est une sympathique comédie, positive, certes pas forcément très originale mais avec quelques punchlines bien senties. Le film veut délivrer un message positif sur l’acceptation de soi, et tordre le cou aux stéréotypes féminins (et masculins). Le message n’est pas toujours apporté avec une grande finesse mais ça passe, malgré une mise en scène sans inventivité.

L’atout central du film est son actrice principale, Melha Bedia, qui a aussi écrit le scénario. Sa faconde et son énergie fonctionnent, c’est indéniable. 

Alors, à défaut de voir un chef d'oeuvre, on passe un agréable moment. Et c’est déjà pas si mal, en ces temps moroses !

----------
Forte, un film de Katia Lewkowicz, disponible sur Amazon Prime Video


lundi 4 mai 2020

Pinocchio : un enchantement féérique


Geppetto est un menuisier, pauvre, vivant dans un village en Italie, au XIXe siècle. Un jour, il fabrique un pantin de bois qu’il nomme Pinocchio… et le pantin prend vie miraculeusement. Gepetto est fou de joie et fier de son fils. Mais ce dernier veut devenir un vrai petit garçon et n’est pas prêt à obéir... ce qui le conduira dans de nombreuses (més)aventures. 

Cette nouvelle adaptation du conte de Carlo Collodi, signé Matteo Garrone, est une véritable féérie, un film magique et nostalgique, pour petits et grands. C’est d’abord un enchantement visuel : les décors, les costumes, les maquillages, tout est absolument superbe ! C’est un vrai travail d’orfèvre, d’une grande poésie. Quant à l’histoire, j’avoue que je ne la connaissais que par le prisme de l’adaptation de Disney… Il semble que Matteo Garrone soit très proche du texte original et il faut avouer que l’histoire est bien plus riche, et contrastée, que je le pensais. Le conte prend souvent des airs de Commedia dell’arte, dans des scènes burlesques réjouissantes, mais il trouve aussi des accents très tendres, et parfois même sombres et cruels. On perçoit bien les sous-textes politiques et sociaux, autour de la pauvreté, de l’exploitation des enfants, de la tolérance et de l’accueil de l’autre, de l’importance de l’éducation, du respect… Un vrai conte moral, en somme. 

Dans le rôle de Gepetto, Roberto Benigni est touchant. Les nombreux enfants sont très bons, à commencer par le jeune Federico Ielapi en Pinocchio. Et parmi les nombreux personnages rencontrés par le pantin de bois, le duo formé par le renard et le chat, et incarnés par Massimo Ceccherini et Rocco Papaleo, est très drôle. A noter aussi la magnifique bande originale, tout à fait adaptée au film, composée par Dario Marianelli. 

Privé de salle en France, à cause de l’épidémie de coronavirus, le film vient de sortir sur Amazon Prime. Il ne faut pas manquer ce vrai bijou, pour (re)découvrir cette histoire que tout le monde pense connaître, à travers un film pour toute la famille... qui est tout simplement du beau et grand cinéma !

----------
Pinocchio, un film de Matteo Garrone
Disponible sur Amazon Prime depuis le 4 mai 2020






lundi 9 mars 2020

De Gaulle : un film historique un peu terne

Mai 1940. La guerre s’intensifie, les Allemands approchent de Paris, les populations civiles sont contraintes à l’exode. Le gouvernement français ne sait plus quoi faire et envisage, sous la pression du Maréchal Pétain, d’accepter la défaite. Un homme, Charles de Gaulle, refuse de plier. Il est indéfectiblement soutenu par Yvonne, sa femme, mais les événements vont vie les séparer. Yvonne et ses enfants tentent de fuire. Charles rejoint Londres d’où il veut faire entendre la voix de la Résistance.

Dès le premier plan du film, on comprend que l’optique de Gabriel Le Bomin, le réalisateur, sera d’évoquer un De Gaulle intime, notamment dans sa relation avec son épouse, Yvonne. Malheureusement, ce parti pris ne paie pas vraiment. Aurait-il mieux valu choisir entre un film sur Charles ou un film sur Yvonne ? Peut-être… En tout cas, on perd le souffle qu’aurait mérité un long-métrage sur une figure telle que Charles de Gaulle et le résultat est un film historique un peu terne. D’autant que je n’ai pas trouvé que Lambert Wilson, aussi bon acteur soit-il, soit vraiment un De Gaulle très convaincant...

Judy : pour la performance de Renée Zellweger...

En 1968, Judy Garland est sous les feux des projecteurs depuis l’âge de deux ans, depuis plus de quarante ans elle joue la comédie et chante. Star planétaire, elle est pourtant ruinée et épuisée. Hantée par une enfance sacrifiée pour Hollywood, elle n’aspire plus qu’à consacrer du temps à ses enfants… Elle accepte alors de partir à Londres pour une série de spectacles, et gagner suffisamment d'argent pour récupérer ses enfants.

Il faudrait avoir un coeur de pierre pour ne pas être touché par cette femme un peu perdue, ravagée par son enfance sacrifiée, ses mariages successifs soldés par des échecs, fragile comme un enfant (et rongée par l’alcool), une star internationale qui a viscéralement besoin de se sentir aimée, par ses enfants, par le public.

Renée Zellweger est vraiment très bien, dans un rôle à Oscar, où elle joue Judy Garland et chante elle-même ses chansons. Le film, lui, est assez conventionnel (une réalisation pas très inventive, des flashback téléphonés...).

La communion : un film passionnant sur l'ambivalence de tout être humain

Daniel, 20 ans, est un voyou détenu dans un centre pour les jeunes. Il y assiste le prêtre pendant les messes et rêverait de pouvoir entrer au séminaire. Mais le crime qu’il a commis l’en empêche. A sa sortie de détention, il est envoyé dans une petite ville pour y travailler dans un atelier de menuiserie. Mais, suite à un concours de circonstances, il se fait passer pour un prêtre et se retrouve à la tête de la paroisse, alors que le prêtre local est en convalescence. Il va très vite susciter une fascination sur certains et troubler d’autres membres de la communauté.

La communion est un film passionnant sur l’ambivalence, celle de son personnage principal capable de meilleur comme du pire, de la douceur et de la compassion comme de la violence la plus extrême, ou celle de ces habitants pieux et pourtant prisonniers de rancoeurs et de haines. Finalement chaque personnage a sa part d’ombre et il ne faut pas se fier aux apparences… L’être humain n’est ni ange ni bête, mais sans doute un peu des deux ! La question est de savoir comment maîtriser la bête pour libérer l’ange. La religion devrait le permettre… mais est-ce vraiment le cas ?

La question de la foi et de la religion est évidemment au coeur du film. Qu’est-ce qu’un bon croyant, finalement ? Un délinquant, pris dans la spirale de la violence et, malgré son imposture, en quête de rédemption, ou un village pieux qui va à la messe tous les jours mais se voile la face et entretient la haine ? Le film véritable brûlot politique et social, par son évocation d'une Pologne très religieuse, pose la question de façon cruelle (et parfois crue). Et sa conclusion, terrible, vous met un sacré uppercut !

La réalisation de Jan Komasa est absolument remarquable, inventive et parfaitement maîtrisée. Les acteurs sont excellente, à commencer par Bartosz Bielenia, extraordinaire dans le rôle principal, vraiment habité par son rôle (quel regard !).

Au-delà du contexte polonais, le film est riche de nombreuses thématiques universelles passionnantes, autour de la foi et la religion, la culpabilité et la rédemption, le pardon et la réconciliation, la vérité et le mensonge…

Un film à ne pas manquer !

mercredi 4 mars 2020

Dark Waters : un film puissant et engagé

Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Un jour, un paysan débarque dans son bureau. C’est un voisin de sa grand-mère, en Virginie. Il vient avec un carton de cassettes vidéos qui montrent les effets de la pollution sur son bétail, à cause d’une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région, contre lequel aucun avocat local n’est prêt à s’engager. Bilott va finalement prendre l’affaire en main, en n’imaginant pas l’ampleur qu’elle prendrait, ni le scandale sanitaire et écologique qu’elle révélerait.

Basé sur une enquête au long cours publiée dans le New-York Times en 2016, Dark Waters est un film puissant et engagé, précis, documenté… et franchement inquiétant. Cette incroyable affaire, qui s’étend sur plus de 15 ans, et qui révèle que DuPont était au courant de la nocivité du produit qu’il utilisait depuis 40 ans, est assez anxiogène. Littéralement aujourd'hui, tout être humain sur terre aurait dans son sang au moins une petite dose de cette substance toxiqu, notamment utilisée dans la fabrication des poêles antiadhésives, via le téflon (mais pas seulement !). Ca fait froid dans le dos… Tout ça au nom des intérêts économiques ! La démonstration du film est implacable. On en ressort secoué.
Au-delà de son propos militant, le film est aussi humainement poignant, en se centrant sur le personnage de Robert Billot, et en montrant les effets collatéraux de son engagement, dans sa famille, sa situation professionnelle et jusqu’à sa santé. Poignant aussi dans l’évocation des victimes de ce scandale sanitaire (dont quelques-uns, on l’apprend au générique de fin, jouent un petit rôle de figurant dans le film).

La réalisation de Todd Haynes est remarquable, à la fois sobre, précise et efficace. A noter aussi un remarquable travail sur la lumière. Et dans le rôle de l’avocat, Mark Ruffalo, très impliqué dans le projet du film, est impeccable. Il incarne parfaitement cet avocat humble mais pugnace.