mercredi 17 juillet 2024

Santosh : un polar implacable, plongée passionnante et glaçante en Inde

 

Un polar implacable, un film engagé qui propose une plongée passionnante mais glaçante dans l’Inde d’aujourd'hui, évoquant la corruption et les méthodes expéditives de la police, les conséquences dramatiques du système des castes, le patriarcat et la condition des femmes…

(critique complète ci-dessous ou ici)

Eat the Night : un film qui déçoit, assez loin de ses ambitions

 

Sur une idée de départ intéressante, Eat the Night est un film qui m'a déçu, que j'ai trouvé assez loin de ses ambitions. Les scènes dans le jeu en ligne font un peu pschitt... Même dans la dernière partie du film, alors que la réalité et le virtuel se rejoignent un peu plus, ça ne prend pas vraiment…

(critique complète ci-dessous ou ici)

Mad Fate : une fable philosophique violente et un peu dingo

 

Une fable philosophique sous la forme d’un polar violent, halluciné et un peu dingo, avec un récit abracadabrantesque, voire grandguignolesque. On peut légitimement avoir l’impression que le récit en fait trop… mais c'est un parti pris assumé par le réalisateur.

(critique complète ci-dessous ou ici)

mercredi 10 juillet 2024

To te Moon : comédie romantique malicieuse sur fond de conquête spatiale

 

D’abord une comédie romantique, avec ses ingrédients habituels, mais dont l'originalité est de se dérouler sur fond de conquête spatiale. Le film s’amuse aussi avec malice des thèses complotistes. Le résultat est un cocktail assez réjouissant pour un film léger et même assez pétillant.

(critique complète ci-dessous ou ici)

Sons : Un redoutable thriller carcéral et intime, très tendu et oppressant


Un redoutable thriller carcéral et intime, très tendu et oppressant. C’est aussi un revenge movie original et prenant. Le récit brouille les repères moraux pour interroger la violence, la justice et la soif de vengeance, le deuil et la douleur inconsolable, la possibilité du pardon…

(critique complète ci-dessous ou ici)

Only the River Flows : un polar poisseux et sombre, un peu confus


Le rythme est lent, l’ambiance poisseuse et sombre. Esthétiquement c'est assez remarquable, le film est tourné à l’ancienne, en pellicule. Mais dans sa dernière partie, le récit devient assez déstructuré voire confus.

(critique complète ci-dessous ou ici)

jeudi 4 juillet 2024

Les fantômes : Un thriller d'espionnage haletant et immersif

Inspiré de faits réels, un thriller d’espionnage haletant, dont l’intensité grandit au fur et à mesure du récit. Le film est une réussite, grâce à sa réalisation immersive, sensible et même sensorielle.

(critique complète ci-dessous ou ici)

Pendant ce temps sur Terre : de la SF intimiste et singulière, à la croisée des genre

 

Un film mystérieux, à la croisée des genres, entre science-fiction, fantastique et drame intime, avec une dimension poétique et onirique (les séquences animées), une pointe de thriller et même de gore. Le récit est assez déstabilisant, étrange, et c’est pour cela qu’il est intéressant.

(critique complète ci-dessous ou ici)

Horizon : une sage américaine (chapitre 1) : Un premier chapitre passionnant, ample et dense

 

Un premier chapitre passionnant, ample et dense. Une fresque impressionnante, portée par un vrai souffle épique et romanesque, un souci de reconstitution historique et un regard nuancé. Vite, la suite ! 

(critique complète ci-dessous ou ici)

lundi 1 juillet 2024

Le Comte de Monte-Cristo : Une adaptation fastueuse mais inégale

 

Libre adaptation du roman d’Alexandre Dumas, le film reprend, en les modifiant un peu, les principaux personnages du livre, il reprend aussi sa trame globale, mais s’autorise d’assez nombreuses libertés - ce qui se justifie tout à fait pour un film, même de trois heures - qui se révèlent plus ou moins heureuses.

(critique complète ci-dessous ou ici)