lundi 16 avril 2018

Kings : fresque intime au coeur de la violence, un peu brouillonne et inégale

Le film se déroule en 1992 à Los Angeles, en plein procès Rodney King. Millie s'occupe seule de ses enfants, et des enfants qu'elle accueille, et fait tout ce qu'elle peut pour les protéger et les éduquer, dans un quotidien difficile. Lorsque les émeutes éclatent cet équilibre fragile est en danger.

Kings est une fresque intime au coeur de la violence des émeutes raciales. La plongée dans ces émeutes, suite au verdict d'acquittement des policiers qui ont tabassé Rodney King, est réussie. On sent la colère qui monte, avec les images en boucle du procès à la télévision, puis qui explose après le verdict. Mais j'ai trouvé l'ensemble du film un peu brouillon et inégal.

Les scènes les plus intéressantes sont celles avec le adolescents (avec de jeunes acteurs remarquables), perdus au milieu de la violence, comme Jesse qui essaye de rester malgré tout attaché aux valeurs de son éducation, tout en étant attiré par Nicole qui se met en danger par son attitude autodestructrice. Il y a aussi une jolie scène devant un Burger King, le patron du restaurant argumentant avec un groupe d'enfants armés de cocktails molotov pour qu'ils ne mettent pas le feu à son restaurant. Finalement, le moins intéressant est l'histoire peu convaincante entre les deux stars du film, Halle Berry et Daniel Craig...