lundi 7 septembre 2020

Enorme : une comédie aux accents burlesques... mais pas seulement.

 
Claire est une pianiste à la renommée internationale. Frédéric, son mari, s’occupe de tout, à la maison comme dans la carrière de sa femme. Il s’étaient mis d’accord de ne pas avoir d’enfant, à cause de leur mode de vie. Et puis, à 40 ans, ça lui prend d’un coup : Frédéric veut un enfant. Il remplace par des sucrettes les pilules de Claire, qui tombe alors enceinte à son insu. Alors que Claire est dans le déni de grossesse, Frédéric réagit comme si c’était lui qui était enceinte. 

Énorme est, certes, une comédie aux accents burlesques mais pas seulement. C’est un film au ton singulier, parfois cru, plutôt gonflé, pour parler de question profondes, notamment autour du désir d’enfant, de la maternité et et de la paternité. Il rappelle une évidence qu’il est pourtant légitime de rappeler : il faut être deux pour faire un enfant… et chacun doit décider, de son plein gré, de devenir père ou mère. Le film finit même par revêtir une dimension quasi-documentaire dans son traitement extrêmement réaliste de l’accouchement, avec d’ailleurs une fin de film est très touchante. 

Le ressort comique du film repose sur un couple avec des rôles inversés, non seulement selon les normes sociales (c’est l’occasion de se moquer de quelques clichés…), mais aussi selon la biologie (le mari cherche même à trouver une solution pour pouvoir lui-même allaiter l’enfant…) ! Et quand le couple est incarné par Marina Foïs et Jonathan Cohen, c’est quand même l’assurance de bons moments de comédie. 

Certes pas parfait (le mélange des genres perturbe un peu), Énorme est un film surprenant et original, qui mérite le détour.  
------

Énorme, un film de Sophie Letourneur


Aucun commentaire:

Publier un commentaire