lundi 7 août 2017

La planète des singes - suprématie : souffle et émotion pour clore la trilogie en beauté

César, toujours à la tête des singes, doit faire face à un colonel fou et sa milice fanatisée, qui a bien l'intention d'anéantir tous les singes pour établir la suprématie des humains.

Je m'attendais à voir un film de guerre mais, bien qu'il y ait quelques scènes de guerre (essentiellement au début et à la fin du film), War for the Planet of the Apes (le titre original) est plus un film d'aventure sur fond de guerre, qui ne manque pas de souffle et d'émotion, et qui prolonge la thématique initiée avec le deuxième volet sur ce que signifie être humain.

Le film de Matt Reeves est une très belle réussite, l'exemple même d'un blockbuster intelligent. La maîtrise du réalisateur est remarquable, le scénario efficace et il intègre de nombreuses influences, pleinement assumées. On pense, évidemment, à Apocalypse Now ou La Grande Evasion, ou même aux Dix Commandements (pour la fin du film) !

D'un point de vue technique, le film est absolument époustouflant. La motion capture a encore progressé et le résultat est vraiment bluffant. On arrive aujourd'hui à une précision et un naturel impressionnants. Les nombreux gros plans sur les visages des singes sont d'une expressivité confondante, et sont vecteurs d'émotion comme jamais. Et puis, il faudra bien finir par donner un Oscar à Andy Serkis, au moins pour l'ensemble de son oeuvre !

Enfin, au niveau de la bande originale, Michel Giacchino signe incontestablement ici une de ses meilleures partitions !

Avec ce film, la trilogie est bouclée. Et elle est bien bouclée. Elle apparaît vraiment comme un préquel au film mythique de 1968 : tous les éléments conduisant au film de Franklin Schaffner sont en place (y compris certains de ses personnages comme Cornelius et Nova). Voilà le blockbuster de l'été à ne surtout pas manquer !